AGENDA Expos Art Contemporain

Tout doit disparaître - Le Magasin, Clara Thomine

Du Samedi 4 septembre au 14 septembre 2021


ATTENTION 
 Evénement terminé !


 

Lieu : Centre Wallonie-Bruxelles/ 75004 PARIS
Horaires : Lun - Vend : 10h-19h / Sam - Dim : 11h-19h
Tarif : Gratuit - Pass sanitaire demandé

Tout doit disparaître ! C'est le joyeux slogan des soldes. Mais c'est aussi une évocation de la fin du monde. Une coïncidence qui souligne ironiquement le lien entre société de consommation et désastre écologique.
Partant de cette ambiguïté réjouissante, Clara Thomine nous propose une expérience paradoxale.
Puisque tout peut disparaître du fait de notre frénésie consumériste, elle nous invite, dès maintenant, à entrer dans l'après-fin du monde. Dans cet espace inconnu, le temps d'une exposition, elle a ouvert… un vrai magasin.
Mais que trouve-t-on dans ce lieu singulier ? Que reste-t-il de notre présent dans ce futur post-apocalyptique ?
Des traces, des vestiges ? De jolies choses un peu fragiles, peut-être. Des objets-témoins, posés sur des étagères, quelques meubles, un papier peint incertain…
Et malgré tout, des images animées qui racontent ce nouveau temps.
Bien sûr, puisque c'est un magasin, il est possible d'acheter certains de ces objets, de les faire emballer, de les emporter avec soi.
Alors que sont-ils finalement ? Des souvenirs ? Des reliques ? Des œuvres d'art ? Encore des objets de consommation ?!
Et qu'en ferons-nous ? Peu importe. Tout doit disparaître !
A? peine entre?.e. dans l'exposition de Clara Thomine, on se retrouve immerge?.e dans un magasin. Un magasin avec ses paniers me?talliques et ses slogans qui nous invitent a? acheter. Un magasin normal en somme. Sauf qu'en l'occurence, il s'agit d'acheter « La fin du monde » a? travers divers objets dispose?s sur des rayons. Par ailleurs dans ce magasin, comme dans beaucoup d'autres, on peut voir des vide?os, des films qui parlent, eux aussi, de la fin du monde. Avec un certain enthousiasme.
En visitant cette surprenante boutique, on re?alise assez vite que les œuvres de cette exposition ne sont pas les objets pre?sente?s et que l'on peut acheter pour une somme modique.

La ve?ritable proposition de l'artiste, c'est le dispositif de ce magasin de la fin du monde, lui-me?me, et l'expe?rience qu'il induit.
On soupc?onne aussi que cette marchandisation de l'apocalypse, un peu e?honte?e, fait e?cho, de manie?re ironique, a? la question qui hante de?sormais notre actualite?, a? travers de multiples catastrophes : il se pourrait que les humains se soient engage?.e.s, a? force de consommation fre?ne?tique, sur une voie destructrice qui les me?ne a? leur perte.
Clara Thomine place en tout cas le visiteur dans une situation paradoxale, en de?plac?ant tre?s librement les horizons temporels.

A? travers ses films, elle nous raconte des histoires qui se passent apre?s la fin du monde, dans des de?cors qui ressemblent a? s'y me?prendre, a? ceux d'aujourd'hui.
Et dans son magasin de la fin du monde, nous pouvons acheter de surprenants vestiges... du temps pre?sent.

Ou? sommes-nous ? Quand sommes-nous ? Trop tard pour reculer, de toute fac?on. Notre curiosite? nous a entrai?ne?.e.s trop loin.

Nous voilà? en train de consommer la fin du monde et tout doit disparaitre !

La marque qui est derrière le magasin " Tout doit disparaître ", c'est : Les Éditions de la Fin du Monde. Ce sont les Éditions de la Fin du Monde qui vendent des objets dans le magasin "Tout doit disparaître".
Clara Thomine nous emmène à la rencontre de situations « presque normales », mais pas tout à fait. Elle le fait à travers des films, des performances, ou des expositions. Reporter de faux-semblants vraisemblables, fabricante d'objets qui-ne-sont-pas-vraiment-ce-qu'ils-sont, ou encore conférencière trop honnête pour s'en tenir à son sujet, elle franchit sans cesse des lignes de démarcation. À commencer par celle, pourtant supposée nette, entre réalité et fiction. Et dans le même temps, elle se plaît à effacer les traces de ces effractions, à brouiller les pistes, quitte à nier avec beaucoup de candeur les contradictions qui pourraient apparaître.

Ainsi, elle nous entraîne, émerveillée, dans la visite filmée d'un monde plus vrai que nature dans lequel, pourtant, les humains se révèlent étrangement figé.e.s. Ou bien, elle donne une conférence à propos d'une femme morte, il y a un siècle et qu'elle veut sortir de l'oubli avec l'aide de poupées russes et d'images fractales. Ou bien encore, lors d'une exposition personnelle, elle présente un distributeur automatique proposant, pour un euro, une boule en plastique contenant une reproduction en miniature d'une de ses sculptures.
A chaque fois, sa sincérité nous convainc autant qu'elle laisse en suspens nos interprétations.

C'est toujours la performance qui est le point de départ et le régime de création de ses productions. Improvisant devant la caméra, elle produit ainsi de nombreuses « chroniques imprévisibles ».


Imprévisibles d'abord pour elle-même, car c'est, à chaque fois, la situation qui génère l'improvisation, qui elle-même modifie la situation. Coiffée d'une perruque qui est presque (encore une fois) semblable à sa propre chevelure, elle s'extasie devant le ballet de moissonneuses batteuses en plein travail, dans un champ. Ou bien elle pose, en robe blanche, avec le sourire ravi d'une enfant, devant tous les stands et les manèges d'une fête foraine.

À quoi nous invite-t-elle dans ces situations ?

D'abord à partager son enthousiasme au premier degré, mais sans fermer la porte, bien sûr, à un second ou un troisième degré. L'essentiel pour elle est que toutes les lectures puissent cohabiter, voire se contaminer. C'est là, sans doute, dans l'ambiguïté, que peuvent surgir les questions fertiles, les rencontres d'idées inattendues et les étincelles d'humour ou de poésie.

Depuis qu'elle a emmené l'artiste belge Marcel Broodthaers (mort en 1976) en voyage en Normandie, sous la forme d'un petit nounours, affublé d'un masque de l'artiste et qu'ils ont ainsi pu réaliser ensemble des films et des sculptures, pour une exposition à Cherbourg, elle n'a plus peur de rien. Elle ose, par exemple, affronter le néant, seule dans un grand stade vide, avec sa seule imagination.

Le temps d'une exposition, elle ouvre un magasin pour vendre des objets "trouvés après la fin du monde" et nous permettre ainsi d'en profiter dès maintenant. N'oubliant pas de souligner, avec un grand sourire, que ce faisant, en bons consommateur.trice.s d'objets inutiles, nous contribuons, nous aussi, à faire advenir cette fameuse fin du monde. Après tout, le slogan des soldes - et le titre de l'exposition - ne nous laissent pas le choix : "Tout doit disparaître !".

Elle fait encore du ski sur des pistes spécialement construites sous terre, toujours après la fin du monde. Elle donne une conférence où elle calcule l'empreinte carbone du Déjeuner sur l'herbe et propose des réflexions essentielles sur les miroirs, la vérité toute nue, la banquise qui fond et bien d'autres sujets.

Elle fabrique des caméras en plâtre pour filmer son public et mieux saisir la vérité de l'instant. Oui, c'est ça, mieux saisir la vérité de l'instant.
« Tout le monde connaît le réchauffement climatique.
Et même "y croit". Mais qu'est-ce que ça veut dire "y croire" ?
Si on y croyait vraiment on arrêterait beaucoup de choses tout de suite. On ne parlerait que de ça. On ne saurait pas continuer à vivre de la même façon.
Mais au fond, on n'arrive pas à croire ce que l'on sait (la montée des eaux, les régions qui deviennent invivables, le méthane qui va s'échapper de la Toundra et du fond des océans et démultiplie les effets). C'est trop gros pour qu'on puisse le penser.
À la veille de la première guerre mondiale, les gens n'y croyaient pas et pourtant c'était une évidence. C'était tellement énorme ! (Bergson raconte bien ça)
Pareil pour le climat.

Quand je parle de La fin du monde, ce n'est pas pour l'annoncer c'est pour entrer un peu dans cette zone où on ne pense plus.

Parler de la fin du monde de manière paradoxale, voir absurde, comme je le fais, c'est aussi, jouer avec cet impensé ou plutôt cet impensable, cet impossible à penser, le mettre en mouvement, déplacer les lignes, faire vaciller les certitudes, ébranler les cadres de pensée.
Clara Thomine

Contacts
Mail : info@cwb.fr
Site internet : www.cwb.fr
Lieu / Adresse
Centre Wallonie-Bruxelles/ - 127-129 rue Saint-Martin PARIS 75004
Métro/RER : Châtelet (1)
 
Plan adresse Tout doit disparaître - Le Magasin, Clara Thomine
Cliquer ici pour lancer dans Google Maps
 
Evénement proposé par CWB | voir la version web
 
Envoyez cet événement à un ami
Mercredi 29 septembre
» soirées
» concerts
» expos
» théâtre
» festival
» salons
» autres/divers
» réductions/PASS
» gratuit
 
Autres dates :
Demain
Ce WE : vendredi 01 / Samedi 02
Choisir une date
Bonnes adresses
Recherche avancée
 
Changer de Ville / Région :
 

Le Parisien Etudiant

Agenda sortir - Guide des Métiers -
Résultats d'examens - Palmarès des Lycées -
Actualité étudiante
Contacts

 
Rechercher stage, alternance...